Les empoisonneurs

Le XVIIe siècle fut le grand siècle du théâtre, mais il fut aussi, pour reprendre la formule de Camille Esmein, celui de “l’essor du roman”, en termes de publications, mais aussi en termes de réflexion et de théorisation. Nous voudrions montrer, à travers ce blog, que c’est la nécessité de répondre aux critiques aiguës adressées aux adversaires du roman qui poussa les défenseurs de la fiction à affûter leur discours théorique. Les moralistes, les dévots, ou les doctes hostiles au roman, en raison de la qualité de leur argumentaire anti-fictionnel, ont contraint les romanciers et leurs amis à développer des stratégies de légitimation, à travers les discours préfaciels et paratextuels, mais aussi dans les fictions elles-mêmes.

Ce carnet est lié au séminaire de “théorie littéraire” de master Lettres de l’université de Rouen Normandie (master 1).  Il est appelé à se compléter d’une réflexion similaire pour le théâtre.

Pour toute question ou remarque, vous pouvez me contacter: tony.gheeraert AT univ-rouen.fr


Une réflexion sur « Les empoisonneurs »

Les commentaires sont fermés.